Fanfic : Le Monde de Tsubara

Fanfic : Le Monde de Tsubara --> Volume 2 --> Episode 37 : suite
Change the text font  Increase the font size of the text  Decrease font Enlarge
25 Oct 2008 11:56 - suite

Tous les regards convergeaient sur les points clignotants de l'écran, espérant y découvrir la solution. Seul Olgen, de plus en plus anxieux, allait et venait à pas traînants.

- Et pourquoi n'utiliseriez-vous pas votre magie, avança-t-il.

- Développe, répliqua Shanga.

Le mineur finit par s'assoeir avec les autres.

- Nous attendons le chargement du dernier transporteur et l'ouverture des portes, dans le même temps le vaisseau quitte la base B1 et se glisse jusqu'aux quais. C'est ici que votre magie intervient, rendez l'explorer invisible à leurs yeux de façon que la routine s'effectue comme à l'ordinaire et le tour sera joué.

- Cela paraît facile énoncé ainsi mais si cela rate, nous serons pris au piège comme des rats, souligna Zelda.

- Nous n'avons guère le choix, je propose que l'idée d'Olgen soit adoptée, trancha Shanga.

Comme l'activité ne reprendrait que plus tard, le softy proposa de dormir et de récupérer quelques forces.

- Je vais monter la garde et Rimundo prendra ma suite.

Ils s'allongèrent à même le sol, serrés les uns contre les autres. Inochan, elle, s'adossa au mur, son modem en mains ; l'écran vert jetait des lueurs sur son visage fatigué ; à travers ses paupières mi-closes, elle observait Shanga, assis à l'écart, les yeux fixés sur les quais. La fatigue ne paraissait pas avoir de prise sur lui : son port de tête, son dos droit, ses jambes négligemment repliées que ses bras encerclaient avec vigueur, ses cheveux blonds en broussaille et poussièreux et ses vêtements défraichis n'entamaient en rien son allure martiale. Elle soupira et s'endormit. C'est la soif qui la réveilla, sa gorge irritée et asséchée était douloureuse, son modem avait glissé et l'écran vert tâchait le sol, elle le saisit et vérifia les paramètres : l'explorer était toujours au même endroit puis elle jeta un oeil autour d'elle : ses compagnons dormaient et Shanga avait cédé lui aussi à l'appel de son corps épuisé. Sa tête reposait sur ses genoux en plein abandon. Elle sourit et se leva sans bruit, les membres ankylosés, s'avança jusqu'au Softy, le dépassa en l'enjambant et inspecta les quais. Combien de temps avaient-ils dormi ? Une légère activité reprenait autour des containers ; si la chance était avec eux, les deux transporteurs en cours de chargement étaient peut-être les derniers. L'attente serait moins longue, elle avait si soif ! Elle s'avança encore, quittant l'abri que représentait le dessous d'un large escalier bétonné où ils avaient trouvé refuge. Elle était aux pieds de cet escalier au moment où une cavalcade dégringola les marches : les hommes rejoignaient leur poste de travail pour y effectuer leur tâche quotidienne et ils ne ressemblaient pas aux mineurs qui oeuvraient au fond des puits, comme Olgen. Ils plaisantaient en se rendant sur les quais. Surprise par cette arrivée intempestive, Inochan n'avait pas réagi à temps et si Shanga, qui ne dormait que d'un oeil, ne l'avait happée par la taille à la dernière seconde et plaquée à terre dans la poussière, ils auraient été découverts. Les hommes passèrent, échangeant des propos anodins, inconscients de leur présence. Le reste de leurs compagnons, épuisés, ne s'était même pas réveillé malgré le bruit ambiant.

Shanga pesait de tout son poids sur Inochan, ses yeux rivés dans les siens, l'encerclant toujours de ses deux bras.

- Tu as failli tout faire rater, murmura-t-il, les traits crispés par la colère, resserrant l'étau de ses bras. Qu'est ce qui t'a pris de t'exposer ainsi ?

- Je ne pouvais pas deviner que ces hommes allaient surgir sans avertissement, se récusa-t-elle, en gigotant.

Ils se défièrent du regard, leur souffle court se mêlant, leurs lèvres se frôlant ; l'instant magique ne dura pas ; Shanga se releva en hâte et aida Inochan, encore troublée jusqu'au tréfonds de son âme, à se remettre sur ses pieds. Son modem avait chûté pendant son vol plané, elle le ramassa et le replaça à sa ceinture.

Les hommes s'activaient autour des containers qui, l'un après l'autre, disparaissait dans le ventre des transporteurs. Shanga réveilla les autres dès que les quais furent pratiquement vides. Ils étaient cotonneux et assoiffés ; Olgen et Darius encore plus faibles que la veille. Il était temps de quitter Tristania. Hassam lança la procédure d'envol, surveillant la progression de son vaisseau sur l'écran vert. Les portes allaient s'ouvrir et les quais se fermer ; les deux transporteurs et c'étaient bien les derniers, iraient rejoindre la longue file de ceux avec qui ils avaient pénétré sur cette planète. C'était le moment crucial : pendant qu'Hassam pilotait l'explorer via le modem d'Inochan, Athena et Shanga, se tenant la main, campés aux pieds de l'escalier se concentrèrent, de puissantes ondes se propagèrent sur les quais ; Shanga prit le contrôle des manoeuvres, les portes du poste de commandes se refermèrent et celles des quais s'ouvrirent permettant l'accès de l'explorer puis la manoeuvre inverse s'effectua.