Fanfic : Le Monde de Tsubara

Fanfic : Le Monde de Tsubara --> Volume 2 --> Episode 41 : dragon noir
Change the text font  Increase the font size of the text  Decrease font Enlarge
14 Dec 2008 19:21 - dragon noir

Lorsqu'il s'éveilla la période de repos était largement dépassée. Il se secoua, encore embrumé de sommeil. A son chevet, son modem clignotait : on cherchait à le joindre. Il se leva, l'épaule encore un peu froissée mais sans douleur et machinalement fit coulisser le panneau donnant accès au cabinet des bains, se dévêtit, appuya sur une touche mais aucune goutte d'eau ne s'écrasa sur sa peau nue. Il lâcha un juron, il avait oublié que l'eau était coupée et uniquement réservée à la boisson. Il revint dans sa chambre, saisit une des vasques parfumées qui décoraient et embaumaient l'air et se la versa par à coups sur le corps une fois revenu dans la cabine de douche. Cette eau avait un goût de rose fanée, moisie mais elle avait le mérite de lui donner une illusion de fraîcheur et de propreté. Il s'habilla prestement, consulta son modem et fila jusqu'au mess, pratiquement vide, chacun ayant rejoint son poste ou ses occupations quotidiennes. Installé à une table, Jee et Aisubeki discutaient ; elles avaient terminé leur ronde d'inspection en compagnie des leurs, guettant le moindre signe d'une attaque surprise ou de mouvements suspects et s'apprêtaient, enrôlées par Choji, à convoyer les derniers blessés.

Il n'y avait guère de choix dans les plats présentés : pénurie et rationnement obligent. Il prit une boisson chaude et deux pâtés reconstitués et s'assit aux côtés des deux spams.

- Quoi de neuf les filles  ?

- Nous n'arrivons pas à joindre Inochan Chef, l'informa Jee.

- Sa puce signale qu'elle est toujours en vie mais impossible d'échanger un message, ajouta Aisubeki.

- Tristania est certainement hors de notre portée, voulut rassurer Moderator. Quoi d'autre ?

- Le commandant Stakos a fait disperser l'armada, mettant une distance de sécurité entre chaque gros vaisseau. Tous les petits sont regroupés sur Caspéria et les navettes interrompues tant que l'épidémie sévira.

- Parfait Jee. J'ai nommé Athezza Reva à la place d'Ivanoff, voyez si elle a besoin et ouvrez l'oeil.

- Oui Chef, répondirent-elles en choeur.

Elles se levèrent et laissèrent Moderator à ses réflexions. Les deux spams étaient ses yeux et ses oreilles ; c'étaient les meilleures de leur unité avec Inochan et il n'avait jamais regretté de se les être attachées à son service personnel. Il mangea sans appétit et avalait sa boisson lorsque le commandant Stakos déboula dans le mess et se dirigea droit sur lui.

- Moderator, l'infirmière n'arrivait pas à vous joindre, l'empereur est au plus mal.

Issin Sama but le contenu de son verre d'un trait et se leva.

- Allons-y.

Le coeur étreint de tristesse, il allait de nouveau tourner une page de sa vie et la plus belle : celle où il avait un père. Tout au long du chemin qui le menait au chevet de l'agonisant, les souvenirs affluèrent à sa mémoire ; son géniteur, un ami fidèle de l'empereur, était mort quelques jours après sa naissance dans un stupide accident et c'est Cittr qui l'avait en quelque sorte adopté et élevé. A  toutes les étapes de sa vie, il avait été là pour le soutenir, l'instruire, le chérir comme tous les pères du monde. Devenu adulte, il l'avait pris sous son aile et en avait fait son premier ministre, le deuxième personnage de Wind'ordinaty. Lorsque l'empereur perdit son unique fille, c'est sur lui qu'il reporta son affection. Des images de bonheur filial défilaient sur l'écran de sa mémoire. Il se râcla la gorge pour endiguer le flot des émotions qui menaçait de le submerger.

 

L'infirmière les accueillit d'un air désolé et les conduisit au chevet du mourant. Son visage gris et émacié, ses narines pincées et ses yeux voilés annonçaient déjà son trépas. Moderator se pencha sur lui et déposa ses lèvres sur le front encore tiède.

- Issin ...Sama...mon fils....je te confie ....

Il ne termina pas, son souffle s'éteignit et ses derniers mots resteraient à double-sens. Moderator tomba à genoux, sa tête reposant sur le corps inerte. L'infirmière et Stakos se retirèrent discrètement pour lui permettre de se recueillir